Réseau Vrac

Dans son 6e numéro, la rubrique « Retour sur un parcours d’adhérent » s’intéresse à Marlène Foisse et son épicerie vrac en milieu rural, Lou’vrac, à Saint Etienne de Fontbellon, en Ardèche.

Bonjour Marlène, tu as ouvert ton épicerie vrac il y a 6 mois. Peux-tu nous dire comment est né le projet ?

Il y a deux ans et demi, je travaillais à Montpellier, et je voulais changer de travail. Je commençais à être zéro déchet, j’étais végétarienne et bio depuis quelques années, je me rapprochais du mode de vie minimaliste. Une épicerie vrac a ouvert à Montpellier, et j’ai voulu le faire aussi. J’y ai fait un stage, parce que je n’étais pas du tout dans le commerce. Ça m’a plu, donc je suis rentrée dans mon pays natal pour monter mon épicerie en Ardèche.

Comment cela se passe-t-il depuis ?

L’ouverture s’est très bien passée. J’ai pris mon temps pour monter ce projet et être au carré, pour avoir un maximum de références, j’ai mis 2 ans. Je communique toujours beaucoup sur Facebook. Ça se passe très bien, il y a un super accueil, c’est gratifiant, les gens sont prêts à bouger. Cela marche mieux que ce que je pensais.

Félicitations ! Et dans la réalisation de ce projet, comment Réseau Vrac t’a aidée ?

J’ai fait la formation hygiène qui m’a aidée et m’a permis de rencontrer d’autres épiciers dans le coin. Justement pouvoir rencontrer d’autres porteurs de projets et partager nos expériences, c’est ce qui m’a le plus aidée. Je me suis nourrie du forum. Une fois le projet monté, avoir accès au catalogue des fournisseurs c’est vraiment très pratique ! L’aide juridique est utile aussi.

Pourquoi avoir choisi de t’implanter en milieu rural ? Quelles sont les spécificités que rencontre une épicerie vrac en milieu rural ?

J’ai choisi le milieu rural parce que j’y suis née. J’avais mon réseau sur place. J’aurais pu être en centre ville, mais c’est lié au contexte : le centre ville est désertifié à cause des centres commerciaux en périphérie. Et avec la contrainte des bocaux, j’ai préféré être un peu excentrée, dans un village de 2700 habitants qui a sa vie propre.
En milieu rural, on se fait beaucoup connaître par le bouche à oreille. La difficulté c’est le budget car les salaires sont bas. Mais ici les gens sont impliqués, le territoire est engagé dans une dimension de préservation, le coté terroir, et le respect de l’environnement. La spécificité de ma région, c’est que le bio est bien implanté, et pour les gens, c’est important de consommer local.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut ouvrir son épicerie en milieu rural ?

Je conseille de beaucoup communiquer sur les réseaux, et de miser vraiment sur le local. C’est bien d’imaginer un service drive ou de point de livraison. Et surtout, de miser sur le coté convivial et lieu de vie, car en milieu rural les gens se connaissent, donc ils attendent ce coté là !

A lire ensuite

Le vrac, bientôt en pharmacie !

Publié le 20 novembre 2019

Le vrac, déjà présent dans les supermarchés et les magasins spécialisés, est prêt à faire son entrée en pharmacie ! Dans son article du 5 novembre 2019, L'Oréal interroge à ce sujet notre Directrice des Affaires Juridiques Lucia Perreira. Pour les produits distribués en...

Retour sur notre 1er #bulkstoretour, à Paris !

Publié le 15 novembre 2019

Hier, Célia Rennesson, Directrice de Réseau Vrac, accompagnait Catherine Conway, fondatrice de Unpackaged à Londres et son équipe venues expressément du Royaume-Uni s’inspirer des innovations françaises en matière de vrac liquide. Pour l'occasion, Réseau Vrac a organisé...