Réseau Vrac

Pour ce quatrième numéro, la rubrique “Retour sur un parcours d’adhérent” donne la parole à William Petit, gérant d’une épicerie day by day à Limoges.

Lancé en 2013, day by day est le premier réseau français d’épiceries vrac, qui propose de faire ses courses du quotidien sans emballage superflus et à la juste quantité avec plus de 700 références (pâtes, riz, légumes et fruits secs, apéritifs, droguerie, hygiène etc…)

Bonjour William, où se trouve votre épicerie et comment marche votre commerce ?

Mon épicerie day by day est installée dans le centre-ville de Limoges. Elle a vu le jour fin novembre 2015, et je suis le 6e franchisé à avoir ouvert. Depuis septembre 2018, mon épicerie commence à bien fonctionner, car les gens comprennent, et sont impactés par les discours politiques et environnementaux. On sent une réelle différence. Aujourd’hui, c’est de plus en plus intéressant car les clients sont un peu plus sensibilisés. Ils savent ce qu’ils veulent et pourquoi ils le font.

Depuis quand êtes vous adhérent de Réseau Vrac ? Qu’est ce que cela vous apporte ?

C’est fin 2018 que je décide d’adhérer à Réseau Vrac, après avoir suivi de loin pendant un moment. Mon projet étant déjà en place depuis longtemps, je voulais apporter ma pierre à l’édifice. Réseau Vrac apporte des connaissances aux nouveaux adhérents, à la fois au niveau des réglementations, mais aussi grâce avec le Catalogue Fournisseur qui est vraiment utile. Il y a aussi des choses qui ne sont pas visibles au quotidien, comme le lobbying, mais qui, je pense a un impact sur l’évolution de la réglementation et la possibilité de vendre toujours plus de produits en vrac.
Je suis aussi venu à l’Assemblée Générale, comme l’aspect collectif m’intéresse. C’était l’occasion de voir comment ça se passe chez Réseau Vrac. J’ai apprécié l’idée des ateliers comme les canaux de distribution connexes et la réduction des emballages entre commerçants et fournisseurs qui nous ont permis d’échanger avec des profils différents d’adhérents.

Pourquoi avoir choisi d’ouvrir un magasin sous la franchise day by day ?

En 2015, il n’existait pas beaucoup d’autres choses dans le vrac, hormis 5 day by day et quelques épiceries indépendantes. A l’époque, quand on parlait vrac, il fallait presque faire un dessin au banquier pour qu’il comprenne de quoi on parlait.
Selon moi, il n’y a pas de meilleure solution : devenir franchisé ou non franchisé est un choix personnel. Le mien s’est porté sur ce qui me correspondait le mieux, ce que je me sentais capable de faire. A l’époque, Réseau Vrac et ses outils n’existaient pas encore. Issu de 15 ans de grande distribution, je ne me voyais pas me lancer seul, trouver un logiciel de caisse, etc… Je voulais également être dans les premiers à rejoindre le mouvement, j’aimais le fait d’être à plusieurs et ainsi de faire partie de la construction. Cela me permettait aussi de bénéficier d’une visibilité nationale et de partager des choses avec des collègues.

Quel conseil donneriez vous à quelqu’un qui veut monter son épicerie vrac ?

Il y a quelques mois j’aurais dit de ne pas le faire. Aujourd’hui je dirais plutôt : bienvenue, il était temps !
Je lui conseillerai de venir chez day by day, parce que je suis convaincu que c’est un confort pour lui, mais c’est à chacun de choisir la formule qui lui correspond le mieux.
Je lui souhaite avant tout de tomber sur les bonnes personnes qui répondent aux bonnes questions et lui donnent les bons renseignements. Il faut surtout écouter les autres, les retours d’expérience, et ne pas se lancer juste pour la mode.

A lire ensuite