Réseau Vrac

Depuis maintenant 3 ans, Réseau Vrac oeuvre à faire progresser la filière de la vente en vrac.
L’une des missions de l’association : proposer des formations pour accompagner les professionnels du secteur dans leur projet ou leur activité.
Plusieurs de nos stagiaires ont ainsi réussi à mener à bien leur projet, et ont pu ouvrir les portes de leur épicerie vrac.

Ce mois-ci, nous vous partageons le parcours de Mélanie Duret, commerçante et membre du Conseil d’Administration de l’association.

Elle a ouvert son épicerie itinérante en septembre 2017. Depuis, elle parcourt les marchés du mardi au dimanche dans le Nord. Chez On part en vrac, vous trouverez des produits alimentaires et d’entretien, des cosmétiques, les indispensables zéro déchets…

Bonjour Mélanie, comment va ton épicerie ?

On peut dire qu’elle roule ! Je suis plutôt contente de mon activité, qui est itinérante et non dans un magasin fixe. En général, les gens ont un intérêt pour le vrac et la concurrence est de plus en plus grande. Sur les 5 marchés que je fais, il y a déjà 2 épiceries vrac, en plus de day by day. La densité est forte dans le Nord, même si le marché du vrac n’est pas encore mature.

Pourquoi avoir choisi l’épicerie mobile ?

Je ne trouvais pas de local idéal. Souvent c’est l’emplacement qui pèse beaucoup dans les charges. Le fait d’avoir une épicerie ambulante permet d’avoir des charges moindres, de bouger et de s’adapter. On va plus à la rencontre des gens que quelqu’un qui attend dans la boutique.

Quelles formations as-tu suivi ?

J’ai fait la formation “Bonnes pratiques d’hygiène de la vente en vrac”. J’étais déjà lancée dans mon projet, mais cette formation m’a permise de parfaire mes connaissances en hygiène. Elle permet d’être bien orienté et de bien échanger avec la formatrice et les stagiaires. C’est un bon coup de pouce pour les personnes qui veulent se lancer correctement.

Pourquoi s’engager dans Réseau Vrac ?

C’est important de représenter sa catégorie de commerçant. Le problème c’est toujours le manque de temp pour s’investir.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer dans l’aventure du vrac ?

Pour commencer, il est primordial de bien faire son étude de marché. Il faut penser aussi que c’est un métier physique, et bien peser le pour le contre de son projet.

A lire ensuite