Réseau Vrac

Réseau Vrac se met aux reportages thématiques dans son magazine trimestriel, le Mag du Vrac. L’objectif ? Explorer les différents univers du vrac et les partager à nos adhérents.

Ce trimestre, nous sommes partis à la rencontre des commerçants itinérants pour découvrir leur quotidien. Derrière le vrac itinérant se cache souvent le présupposé que ce sont des commerces dédiés aux espaces ruraux, choisis pour proposer un service différent et atteindre une plus grande part des habitants. Faire découvrir le vrac dans les espaces ruraux permettrait d’aller contre des clichés répandus sur les consommateurs du vrac, souvent perçus comme des personnes urbaines et aisées. Réseau Vrac a donc souhaité questionner les principaux intéressés, pour voir si leur vision du métier correspond à ces idées reçues !

En exclusivité un aperçu de notre reportage juste ici :

Pour réaliser ce reportage nous nous sommes entretenus avec 9 commerçants itinérants, d régions françaises différentes dans des milieux ruraux ou péri-urbains. La grande majorité des commerces itinérants interrogés travaille en milieu rural ou plutôt rural : il semble que l’itinérance soit le meilleur moyen de répondre à la demande des habitants ruraux.

L’amont du projet : le choix d’un ancrage régional au service de la redynamisation rurale

Tous les adhérent.e.s interrogé.e.s ont choisi de travailler dans leur région d’habitation. Ils et elles ont donc choisi l’itinérance en connaissance de cause : conscient.e.s de la difficulté à trouver du vrac dans les territoires ruraux de leur région, ils et elles ont voulu atteindre les villages isolés et éviter aux habitants de faire des dizaines de kilomètres pour acheter en vrac en ville.

Des marchés aux “stations” - l’itinérance sur le terrain

Les commerçants ont évoqué les difficultés d’installation sur les marchés, la faible concurrence avec d’autres commerçants vrac, l’importance de la pédagogie et du bouche à bouche pour l’accueil des clients. Ils expriment aussi la nécessité de proposer des activités variés pour toucher le plus grand nombre.

  • L’installation sur les marchés et les relations entre commerçants
  • La concurrence faible entre commerces vrac
  • L’accueil des clients : de l’importance du bouche à oreille et de la pédagogie
  • Des activités variées pour toucher le plus grand nombre

Retour sur expérience : la réalité du vrac itinérant

Dans l’article, nous questionnons aussi les particularités de ce type de commerces : ce concept présente des limites mais également de nombreux avantages.
Les commerçants interrogés nous ont dressé le profil type de leur clientèle, cassant parfois quelques clichés !

  • Les limites de la vente en itinérance
  • Les avantages de la vente en itinérance
  • Le profil de la clientèle des commerces vrac dans les espaces ruraux

En guise de conclusion : le vrac, une affaire de privilégiés et d’urbains ?

Faire un reportage sur le vrac itinérant permettait d’interroger le rapport entre itinérance et ruralité. Découvrir le quotidien de commerçant.e.s vrac itinérant.e.s, permettait de questionner l’idée tenace sur le vrac, que c’est une affaire de classes privilégiées et d’urbain.e.s. Ce reportage ne présente pas de vérité absolue mais permet de mieux appréhender les enjeux d’un métier souvent méconnu.

Rendez-vous page 50 du Mag du Vrac

A lire ensuite